Close

Le diable est ailleurs

de Jean-Pierre Rochette
ISBN: 9782384412655

23,00

De nos jours, banlieue ouest de Paris.
Un tueur sévit dans un internat. Des crimes odieux ont eu lieu à l’encontre de jeunes garçons. À chaque nouveau meurtre, il accroche un petit mot sur le vêtement de sa victime : « Satan se déguise aussi en ange de lumière ». Et voilà que saint Paul « s’invite à la fête ».
Max Kowalski, né sous X et commandant à la Crime, est chargé de l’enquête. […]

Catégorie : Product ID: 29160

De nos jours, banlieue ouest de Paris.
Un tueur sévit dans un internat. Des crimes odieux ont eu lieu à l’encontre de jeunes garçons. À chaque nouveau meurtre, il accroche un petit mot sur le vêtement de sa victime : « Satan se déguise aussi en ange de lumière ». Et voilà que saint Paul « s’invite à la fête ».
Max Kowalski, né sous X et commandant à la Crime, est chargé de l’enquête. Avec ses deux nouveaux équipiers, Ivana et Tonio, ils vont être confrontés à un psychopathe insaisissable. Suite à un accident de voiture dans lequel Max est impliqué, son fils, Adrien, est plongé dans un coma profond. Tandis que Max est prostré à son chevet, il reçoit la visite d’un homme étrange, apparemment doté de certains pouvoirs, qui prétend être Lucifer. Max se demande si la douleur et l’inquiétude devant l’état de son fils ne lui ont pas fait perdre la raison. A-t-il rêvé ? Max en parle à son meilleur ami : Francis, prêtre atypique…
Empêtré dans cette enquête, il est assailli de questions : s’agit-il vraiment de Lucifer ? Et si oui, pourquoi est-il venu le voir, lui ? Quels rapports peut-il bien avoir avec lui ? Est-ce parce qu’il est flic ? Quels buts poursuit-il ? Ont-ils les mêmes intérêts ? Pour répondre à tout cela, et avant de mettre la main sur le tueur d’enfants, Max devra revoir ses fondamentaux. Le bien, le mal, les apparences, sa place sur l’échiquier du monde… N’est-il qu’un pion, une pièce maîtresse… Ou juste un fou ?

69 ans. Comédien. Pas mal de films, de théâtre, de tournées… Et l’envie de raconter une histoire autrement que par le truchement de la scène et de la caméra. Seulement raconter, c’est aussi se raconter. Du coup, la question qui vient à l’esprit c’est : « Qu’ai-je à transmettre ? » Et la réponse de Jean-Pierre Rochette est : « Ma propre compréhension du chemin parcouru ». Pour l’auteur, c’est une question que tout artiste, s’il est honnête, devra se poser encore longtemps. Peut-être même toujours. Les mots nous disent et nous défont. À chacun d’en définir le contour en fonction de ses capacités, de ses disponibilités, de sa sensibilité. Nous fixons nous-mêmes la hauteur de la barre à franchir. Bien entendu, cette hauteur varie tout au long de notre parcours. Inventer des personnages, c’est aussi aller à la rencontre de l’autre et, au bout du compte, « Le mystère d’autrui n’est pas autre chose que le mystère du moi ». Chaque Homme a un passé, un présent et un futur, un cycle, une progression, sa naissance, sa vie, sa mort. Ce dont il s’agit, c’est d’un perpétuel voyage dans les méandres de son propre être. Un voyage dans un espace intime où nous avons placé notre âme, notre personnalité, où nous devenons nous-mêmes, et où nous nous exposons à être. Telle est la raison d’être de l’artiste, et telle est celle où et vers laquelle Jean-Pierre Rochette avance, souhaitant à ses lecteurs une belle rencontre avec ses personnages.