Des trous dans les chaussettes

de Elsa Cadier
ISBN: 978-2-37916-360-9

18,00

Angèle est une petite fille âgée de huit ans à l’enfance tourmentée. Entre des parents post-soixante-huitards divorcés, un père absent qu’elle idéalise, une mère déconnectée de la réalité et maltraitante qui se pose en victime de la société, des déménagements à répétition (de Paris au fin fond de la campagne du Gers, en passant par le Minervois et la Suisse…) et les disputes familiales sanguines, Angèle tente tant bien que mal de se construire.

Catégorie : Product ID: 8918

Angèle est une petite fille âgée de huit ans à l’enfance tourmentée. Entre des parents post-soixante-huitards divorcés, un père absent qu’elle idéalise, une mère déconnectée de la réalité et maltraitante qui se pose en victime de la société, des déménagements à répétition (de Paris au fin fond de la campagne du Gers, en passant par le Minervois et la Suisse…) et les disputes familiales sanguines, Angèle tente tant bien que mal de se construire.
Elle découvre l’abandon, la déchirure d’une séparation avec son frère Alex et un monde d’adultes sans pitié. Tout ça à l’époque des premières télévisions cathodiques, des premières installations de téléphones à cadran popularisés sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing et des trains « Corail » de la SNCF. Dans ce petit village de vignerons, Caunes-Minervois dans l’Aude, Angèle découvrira aussi le bonheur d’habiter dans une abbaye.
Puis elle sortira violemment de l’enfance, le jour où, en Suisse, son beau-père tentera d’étrangler sa mère sous ses yeux.
L’histoire est bien menée et pleine de justesse. L’écriture est simple et singulière.

Elsa Cadier est déjà l’auteure de trois romans. En parallèle de son métier de journaliste, l’écriture est une véritable passion, tout comme un exutoire. Elle éprouve le besoin d’extérioriser ces images et ces mots qui l’habitent en permanence. C’est dans le plaisir qu’elle écrit, mais aussi dans la douleur. Sans vouloir entrer dans la postérité, être lue, pour Elsa Cadier, est la récompense suprême. Ce quatrième roman tient une place toute particulière dans son cœur. Il s’inspire d’endroits existants et de scènes qui ont eu lieu dans son enfance, même si elles sont romancées.