Close

Les joies de l’intérieur

de Pierre Cadets
ISBN: 979-10-95883-83-8

24,90

Pierre, un petit garçon conçu par hasard, est pris dans une tempête familiale où parents, petite soeur et troisième homme semblent s’être mis d’accord pour lui mener la vie dure.
Il est livré à lui-même et doit surmonter beaucoup d’épreuves sur fond de maladie,de manque d’amour, de drogue et de révoltes, entre autres…
Il mène un chemin chaotique, loin des joies des trente glorieuses mais dans les joies de l’intérieur, ses joies de l’intérieur.
Le roman est bâti comme un opéra séria. Il se passe à Lyon entre les années cinquante et 1968.
Roman quasi-autobiographique, il fait référence à des situations et des personnages existants ou ayant existé, tout en filigrane et parfois même anonymes pour ne blesser personne.
« Je ne dirai pas que tout est vrai, mais plutôt : ça m’est arrivé ! » affirme Pierre Cadets

Catégorie : Product ID: 3484

Pierre, un petit garçon conçu par hasard, est pris dans une tempête familiale où parents, petite soeur et troisième homme semblent s’être mis d’accord pour lui mener la vie dure.
Il est livré à lui-même et doit surmonter beaucoup d’épreuves sur fond de maladie,de manque d’amour, de drogue et de révoltes, entre autres…
Il mène un chemin chaotique, loin des joies des trente glorieuses mais dans les joies de l’intérieur, ses joies de l’intérieur.
Le roman est bâti comme un opéra séria. Il se passe à Lyon entre les années cinquante et 1968.
Roman quasi-autobiographique, il fait référence à des situations et des personnages existants ou ayant existé, tout en filigrane et parfois même anonymes pour ne blesser personne.
« Je ne dirai pas que tout est vrai, mais plutôt : ça m’est arrivé ! » affirme Pierre Cadets

Né en 1951, dans les trente « pas si glorieuses » comme il le prétend, Pierre Cadets a toujours écrit.
Il publie ce premier roman après un gros accident de vie.
Il a publié des poémes dans les années 70 et a consacré sa vie à l’enseignement.

Site web de l’auteur.

Suivez l’auteur sur Facebook.

La presse en parle : Le Progrès.