Close

Le rire de Poséidon

de Cédric Grèze
ISBN: 978-2-37916-873-4

18,00

Une femme arrive sur le sommet d’une dune et regarde l’océan. Comme ça lui manquait ! Ces longues journées enfermée sans pouvoir aller surfer lui ont été pénibles à l’extrême. Elle pense un instant à ses amis parisiens calfeutrés dans des appartements bien trop étroits, sans air, sans paysage à contempler, privés de liberté… Ici, le virus est tellement loin. Tout est frais et pur, aussi sain qu’à l’origine du monde. Avant de descendre vers les vagues, elle jette un coup d’œil inquiet sur la plage. Les patrouilles de gendarmerie sillonnent le sable pour débusquer les surfeurs récalcitrants. De quel droit interdit-on l’accès à la nature ?

Catégorie : Product ID: 23331

Une femme arrive sur le sommet d’une dune et regarde l’océan. Comme ça lui manquait ! Ces longues journées enfermée sans pouvoir aller surfer lui ont été pénibles à l’extrême. Elle pense un instant à ses amis parisiens calfeutrés dans des appartements bien trop étroits, sans air, sans paysage à contempler, privés de liberté… Ici, le virus est tellement loin. Tout est frais et pur, aussi sain qu’à l’origine du monde. Avant de descendre vers les vagues, elle jette un coup d’œil inquiet sur la plage. Les patrouilles de gendarmerie sillonnent le sable pour débusquer les surfeurs récalcitrants. De quel droit interdit-on l’accès à la nature ? Au nom de quoi ferme-t-on l’océan ? Même du temps des pestes et des rois les plus fous, aucun n’avait eu l’idée d’interdire l’accès à la mer ! Poséidon doit beaucoup rire dans sa barbe !
Comment l’Occident a-t-il pu oublier que la nature est le fondement de notre humanité, le pilier de la civilisation ? En nous reconnectant au vide et à la lenteur du temps, le confinement ne nous aurait-il pas murmuré quelque chose à l’oreille ? Écrit en pleine pandémie, ce récit propose un regard distancié, depuis le littoral, sur l’intimité d’un quotidien confiné, où le surf et les vagues deviennent les ressources philosophiques pour lutter contre une liberté perdue, puis retrouvée dans la jubilation. En renouant avec la dimension sacrée de la nature, oubliée depuis plusieurs siècles, Le rire de Poséidon met en scène une quête spirituelle sous Covid-19, une tentative de réenchantement du monde par la pratique du surf et le culte voué à l’océan et aux vagues.

Après une carrière dans le surf de haut niveau (Champion de France et d’Europe dans les 90’s), Cédric Grèze a créé son club de surf en l’an 2000. Les deux piliers de son existence ont toujours été l’océan et l’écriture. Cette fréquentation quotidienne des vagues a élaboré sa vision de l’existence ; son écriture plonge dans cette source. Il a écrit Le rire de Poséidon pendant le premier confinement, pour témoigner de cette période historique inédite, depuis la station balnéaire de Lacanau-Océan. L’interdiction de fréquenter les plages et d’aller surfer, sous l’œil vigilant des forces de l’ordre, l’a amené à réfléchir au rapport névrotique que notre modernité entretient avec Mère Nature.