Les cruelles métamorphoses

de Maxime Delettre

ISBN: 979-10-95883-94-4

19€

Les cruelles métamorphoses

Quantité
Catégorie :

Description

Bonjour à tous les malheureux qui se sont écartés du bon chemin pour venir échouer ici, dans cet antre infernal aux incantations sulfureuses. Autant la politique est une lutte sans concessions à tous les étages, autant la foi non dogmatique est une manifestation positive et pacifique.
A toi Maître de séant, ministre plénipotentiaire d’un monde réformé, messie culturel de l’homme lobotomisé, je pose la question : que ne vas-tu pas introduire en ton temple le doux venin qui plaît aux dieux ?
Mets le monde en musique et ne fait pas le sourd. Les muses cherchent un conducteur, non un censeur. Car, bien souvent hélas, le chiffre passe avant les lettres, et la censure est dans toutes les têtes. Certains éditeurs vont même jusqu’à se réfugier derrière le caractère inclassable de l’oeuvre et tuent l’échanson. D’autres s’en approchent avec élégance pour mieux la circonscrire dans le piège insidieux de leurs réserves empruntées, pleines de bons sentiments. En réalité, ils n’ont qu’une boutique à la place du coeur, et pour tout ciel, un savant mélange d’orgueil. Alors, ne laisse pas les muses sans voix, ne crains pas le soma qui brûle les lèvres, réponds à l’écho des nymphes, et viens au sanctuaire de l’âme échappée de sa prison dorée, libérée de tout clivage. Viens en son espace intérieur que tu te plais à murer comme Troie. Ne laisse pas lettres mortes ce qui vient à la présence malgré toi. N’isole pas le monde de son potentiel merveilleux.

Maxime Delettre est un conducteur de char. Aux chevaux rapides de ses lyriques envolées, il lâche bride, à son exaltation, il donne du fouet. De son vrai nom Marc Botrel, il surgit d’un temps incréé, où l’esprit puise en l’infini de ses vitales émotions.

La presse en parle : La Manche libre, Ouest France.