Le choix. Refonder l'État ou disparaître

de Jean-Pierre Braun, Guillaume Jeanson, Éric Lemaire, Ange-Mathieu Mezzadri, Luc Thomassin
ISBN: 978-2-37916-328-9

17,00

Les derniers événements tendent à accréditer l’idée que nos compatriotes attendent « plus d’État ». Il apparaît surtout qu’ils attendent « mieux d’État ».
Le contexte actuel prouve que les réformes attendues ne peuvent plus être homéopathiques et que les sujets majeurs sur lesquels nous reviendrons ne peuvent plus être éludés : au premier rang desquels la question de la dette et la réforme de la fiscalité qui apparaissent comme les deux socles de tout projet de refondation nationale.

Catégorie : Product ID: 9123

Les derniers événements tendent à accréditer l’idée que nos compatriotes attendent « plus d’État ». Il apparaît surtout qu’ils attendent « mieux d’État ».
Le contexte actuel prouve que les réformes attendues ne peuvent plus être homéopathiques et que les sujets majeurs sur lesquels nous reviendrons ne peuvent plus être éludés : au premier rang desquels la question de la dette et la réforme de la fiscalité qui apparaissent comme les deux socles de tout projet de refondation nationale.
Dernier élément, les réformes attendues n’ont pas été lancées dans les six premiers mois du mandat présidentiel actuel. Outre l’accélération du calendrier par le quinquennat, toutes les grandes démocraties ayant conduit des réformes d’envergure les ont TOUTES menées dans la première année du mandat. Les exemples français du Général de Gaulle en 1958 ou de François Mitterrand en 1981 en témoignent. Cette donnée est aussi observable aux États-Unis avec Ronald Reagan ou en Allemagne avec Gerhard Schröder.
Il n’est pas exagéré de dire que le présent quinquennat est achevé sur le plan des réformes d’envergure et que les projets futurs (retraite et secteur public) seront très limités si ces derniers peuvent arriver à terme.
Les grandes lignes présentées aujourd’hui sont donc volontairement disruptives et posent les fondements d’une rénovation en profondeur. Cette dernière trouve-t-elle sa légitimité dans le cadre des pouvoirs publics actuels avec une haute fonction publique non élue dont le poids n’a cessé de croître, depuis 40 ans, au détriment du personnel politique ? La question est posée.

Acteur de la société civile, EAF s’est imposé dans le débat public en avançant des idées novatrices. Regroupant des acteurs économiques, ce think-tank s’est illustré récemment tant par ses propositions sur les retraites – en posant le vrai débat – que sur sa réflexion sur les origines du mouvement des gilets jaunes en l’élargissant aux questions économiques, territoriales et sociales. Ce nouveau livre regroupe leurs propositions et observations sur la refondation de l’État.