Close

La nuit au rouge

de Anne-Marie Vialle
ISBN: 978-2-37916-562-7

20,00

Orphelin d’un père fantomatique, complexé par son pipi au lit, souffre-douleur de ses camarades de classe, il vit en vase clos avec sa maman, douce consolation, croit-il, aux duretés du monde.
Mais depuis qu’il a désobéi en s’aventurant dans le jardin interdit, qu’il a passé un pacte en forme d’allumettes avec une ancienne divinité du feu contre la promesse de révélations top secrètes, la fée au doux visage a pris un aspect inquiétant !

Catégorie : Product ID: 19962

Orphelin d’un père fantomatique, complexé par son pipi au lit, souffre-douleur de ses camarades de classe, il vit en vase clos avec sa maman, douce consolation, croit-il, aux duretés du monde.
Mais depuis qu’il a désobéi en s’aventurant dans le jardin interdit, qu’il a passé un pacte en forme d’allumettes avec une ancienne divinité du feu contre la promesse de révélations top secrètes, la fée au doux visage a pris un aspect inquiétant !
À l’ombre des hauts murs de la propriété, elle l’a plongé dans un enfer carcéral. Pourtant cet ordre de fer a ses limites. Il ne pourra empêcher la magie rousse du jardin interdit d’accomplir son chef-d’œuvre. Mais grandir aussi vite suffira-t-il à l’aider à affronter les épreuves du réel qui se rappellent à lui : son lit réinstallé dans l’antre maternel, l’instrument de torture Uri-stop… et puis toutes ces questions qui sans arrêt le hantent ?
Qui est ce trop bel inconnu sur la photo découverte dans la boîte à secrets de l’ogresse ? Étaient-ils, l’un comme l’autre, voués à une sorte de malédiction ? Pièces jumelles dans la partie d’échecs d’un dieu stratège ? Comment tromper les soupçons de l’ogresse et de ses complices, pour enfin combler les attentes de la Salamandre et chez lui, cette faim douloureuse pour la vérité ?

Danse, théâtre, fourneau, traiteur, travail de bureau, rédaction d’articles… Lectrice précoce, l’auteure était sans doute prédestinée à vivre plusieurs vies. Mais dans sa vie parallèle, elle s’est toujours passionnée pour les livres et l’écriture. Autodidacte, éclectique, elle aime aussi flâner sur les rivages de l’imaginaire : les atmosphères en apesanteur, le réalisme magique, le bizarre, l’insolite, les préraphaélites, Gaston Bachelard, le dandy XIXe siècle, les bêtes de Gustave Doré, mener ses deux dragons à boire entre chiens et renards…

 

Avis de nos lecteurs :

Ovni littéraire. Original, primesautier, déroutant. Lecture qui bouscule et enchante.
Pierre Marchandise
——————-
Beaucoup apprécié la lecture de la Nuit au Rouge. Personnages imaginaires qui nous incitent à faire partie de ce voyage entre rêve et réalité.
Maria Luz Alvarez Gonzalez
——————-
Anne Marie Vialle a la passion des mots. Ce sont autant de notes de musique.
Elle compose et en joue pour faire vibrer en nous la fibre de la poésie. 
Chacune de ses phrases musicales est écrite avec une surprenante virtuosité. 
Laissons-nous emporter au flot de son imagination vers des horizons inexplorés. 
Félicitations! 
Nicole Dufrasne Spich 
——————-
La Nuit au Rouge est résolument un conte qui nous entraîne dans le monde du merveilleux avec ce zeste d’inquiétude qui donne envie de connaître le déroulement et la fin.  
L’atout majeur de l’auteure est,  me semble-t-il, de savoir raconter une histoire, servie ici par une imagination fantasque, kaléidoscopique. Les choses miroitent au fil des phrases. On rêve autant qu’on lit.  
Michel Charlier
——————-
Les fées de la Nuit au Rouge sont là et bien là,  dès le 22 ème mot du récit. Une histoire et un parcours qu’elles ne lâchent pas, même en silence et tapies dans l’ombre. Comment expliquer autrement ce choc entre l’aspiration au conte et le vas-clos du réel ?  Il y a dans ce livre une sorte de musique sortie du 19ème siècle, une façon de faire rouler les phrases de manière romantique et terriblement réelle à la fois, il y a un sens de la métaphore au service des sensations qui font mouche. Un livre dont on garde un souvenir rouge comme une Fée crépusculaire. 
Benoît Geers, auteur, conteur.   
——————-
Belle écriture qui laisse beaucoup de place à l’imaginaire parfois un peu exacerbé. On peut se laisser emporter par la fantasmagorie, puis de suite après se laisser aller à la légèreté, goûter à la poésie, à la beauté des mots. Un beau mélange!  Bravissimo. 
Françoise Christiaens.