Giono et la Corse

de Christine Bretonnier & Marc Giorgi
ISBN: 978-2-37916-552-8

19,00

Comment les lieux forgent-ils les cœurs, les passions et les caractères ?
Après Nietzsche qui inaugura la série (Nietzsche et la Corse, Thierry Ottaviani aux éditions Maïa), parler de Giono et la Corse tient du paradoxe car il est attesté que Giono n’a jamais mis le pied en Corse. (Christine Bretonnier)
Comme le déclare Jean-Guy Talamoni dans la préface de cet ouvrage :
« L’ouvrage a quelque chose d’une histoire de famille, y compris pour le rédacteur de ces lignes. […] Une histoire de famille, au singulier, donc. Mais également une histoire de familles. Celles des Valery et des Jason. […]

Catégorie : Product ID: 18894

Comment les lieux forgent-ils les cœurs, les passions et les caractères ?
Après Nietzsche qui inaugura la série (Nietzsche et la Corse, Thierry Ottaviani aux éditions Maïa), parler de Giono et la Corse tient du paradoxe car il est attesté que Giono n’a jamais mis le pied en Corse. (Christine Bretonnier)
Comme le déclare Jean-Guy Talamoni dans la préface de cet ouvrage :
« L’ouvrage a quelque chose d’une histoire de famille, y compris pour le rédacteur de ces lignes. […] Une histoire de famille, au singulier, donc. Mais également une histoire de familles. Celles des Valery et des Jason. Elles n’appartiennent pas au même monde puisque la première est réelle et la seconde de l’ordre de la fiction. De surcroît, une mer les sépare, des terres aussi. Et pourtant, Christine Bretonnier veut les rapprocher. N’écrit-elle pas “Les Valery ont expérimenté la vie des Jason. Leur sang est à jamais devenu encre, une encre verte, évidemment, comme si, subrepticement, cette belle pierre de Pietra di Verde avait mêlé ses pigments à leur sang.”? […]
Rapprocher la Corse de la Provence aurait été plus difficile s’il s’était agi de la Provence de Pagnol, celle de la côte, avec ses cigales bruyantes et son verbe haut servi par un accent chantant… Celle de Giono, c’est autre chose. Sa Provence à lui, celle de la montagne, peut être très sombre. Et même si les deux auteurs ont pu s’apprécier, et même travailler ensemble, il y a, entre leurs univers respectifs, toute la distance qui sépare la comédie de la tragédie. […]
À A Petra comme dans les Hautes-Collines de Provence, le tragique est toujours là, consubstantiel aux lieux – et aux hommes qui y vivent et en portent la marque. Le tragique sommeille ou se cache, prêt à ressurgir. Mais la croix de Carnaghju protège les hommes, y compris d’eux-mêmes. »

Christine Bretonnier, professeur agrégé de lettres modernes, essayiste et poète, spécialiste des écrivains du XXe siècle, titulaire de deux doctorats sur Giono, le premier soutenu à la Sorbonne sous la direction de Henri Godard et le second à Denis Diderot sous la direction de Julia Kristeva, nous livre ici un essai en collaboration avec Marc Giorgi.

Marc Giorgi est né en 1950 à Pietra di Verde en Corse où il réside depuis sa retraite de l’Éducation Nationale en 2013. Passionné de généalogie, il consacre une grande partie de son temps libre à retracer l’histoire des familles pietrolaises et à évoquer la vie d’autrefois dans son village natal.