À sauts et à gambades

de Olivier Bonnet
ISBN: 978-2-37916-528-3

19,00

Le recueil de nouvelles, dont l’auteur tient à spécifier qu’il l’a écrit « à sauts et à gambades », faisant référence à Montaigne, traite de sujets de société multiples d’une actualité brûlante ou de sujets éternels vécus par chacun de nous. Olivier Bonnet s’ingénie à nous surprendre par l’angle d’approche et par son style, suscitant tour à tour, l’humour, l’ironie ou l’émotion. Le recueil regroupe les nouvelles en six catégories, à savoir : Réchauffement climatique & Covid 19 * Mort accidentelle & Vieillesse * Joug maternel * Considération sociale * Clan familial * Premiers émois & Sexualité.

Catégorie : Product ID: 10685

Le recueil de nouvelles, dont l’auteur tient à spécifier qu’il l’a écrit « à sauts et à gambades », faisant référence à Montaigne, traite de sujets de société multiples d’une actualité brûlante ou de sujets éternels vécus par chacun de nous. Olivier Bonnet s’ingénie à nous surprendre par l’angle d’approche et par son style, suscitant tour à tour, l’humour, l’ironie ou l’émotion. Le recueil regroupe les nouvelles en six catégories, à savoir : Réchauffement climatique & Covid 19 * Mort accidentelle & Vieillesse * Joug maternel * Considération sociale * Clan familial * Premiers émois & Sexualité.
La science-fiction est morte ! Elle n’a plus lieu d’être. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui la réalité dépasse la fiction. Certes, de tels propos peuvent paraître pour beaucoup polémiques. Les arguments abondent pourtant en ce sens.
Ainsi par exemple, le célèbre roman La guerre des mondes de l’écrivain britannique H.G. Wells : la menace pour l’Humanité ne vient pas aujourd’hui des extraterrestres, mais de l’Homme lui-même. En prétendant que la menace vient de l’Homme, on ne peut qu’être pris d’effroi, car par expérience, il n’y a pas pire combat à livrer que celui fait à soi-même. Du coup, la menace devient bien plus probable et omniprésente. […]
Au même moment, est retrouvée morte sur la plage de la baie de Morlaix, dans le département du Finistère en Bretagne, une fillette âgée de huit ans. Nolwenn Legoff, ainsi s’appelait la malheureuse gamine.
C’était une enfant pleine de vie. On n’entendra plus désormais ses rires dans le préau de l’école communale pour filles, on ne la verra plus chez le pâtissier en train d’acheter quelques friandises ni courir pieds nus sur la plage. Mais on verra en revanche ses parents hanter la ville, vêtus de noir, prisonniers de leur tristesse incommensurable, portant le deuil de leur enfant.
Il n’y a rien de plus effroyable et de plus inacceptable que la mort d’un enfant. Qui l’avait tué ? Un pédophile ? Un déséquilibré ? Non, en l’occurrence la question n’était pas « Qui a tué cet enfant ? », mais « Qu’est-ce qui avait conduit à sa mort ? ».

Olivier Bonnet est juriste de formation. Il a travaillé en France en tant que responsable du service contentieux d’une administration. Tombé éperdument amoureux d’une professeure de français autrichienne rencontrée à l’occasion d’un échange scolaire avec la ville de Saint-Malo, il décide de tout plaquer pour l’épouser et fonder une famille en Autriche.
Changement radical de vie : Parisien d’origine, il vivra désormais à la campagne dans un paysage alpestre, lui qui était habitué à passer ses vacances à la mer. Changement de métier également : il travaillera en tant que traducteur juridique. Aujourd’hui retraité, il a décidé de se mettre à l’écriture pour rester jeune d’esprit et renouer avec sa langue maternelle ainsi qu’avec ses racines. Après avoir écrit un premier roman, Cœurs vaillants, publié aux éditions Maïa, se donnant comme sujet la Gascogne au XIXe siècle et le personnage d’Émile Péreire, l’auteur s’essaie à un genre littéraire totalement différent : le recueil de nouvelles.

 

Chronique de Les lectures de Cassiopée sur Facebook.

 

Avis de lecteurs :

J’ai lu le recueil de nouvelles et je vous le recommande, l’inspiration est superbe et l’écriture tellement belle, je vous le recommande.